Le réseau des LPO en Pays de la Loire

Les oiseaux nicheurs communs

Graphique montrant l'évolution des populations d'oiseaux commune selon leur groupe de spécialisation : généralistes, milieux agricoles, milieux forestiers et milieux bâtis
Tendances d’évolution pour les groupes d’espèces spécialistes et généralistes en Pays de la Loire (2001-2015)
Logo du STOC : suivi temporel des oiseaux communs

Depuis les années 1990, les populations d’oiseaux nicheurs bénéficient d’un programme scientifique nommé le STOC : suivi temporel des oiseaux communs.

Ce programme est mis en œuvre dans les Pays de la Loire grâce à l’implication d’ornithologues professionnels et bénévoles qui, chaque année, recensent les oiseaux d’un territoire selon un protocole identique. Les résultats obtenus permettent ainsi de mesurer l’évolution des populations de certaines espèces d’oiseaux communs. Une analyse plus globale permet également de mesurer l’évolution des population selon des groupes de spécialisation : espèces généralistes, des milieux agricoles, des milieux forestiers, etc.

La dernière analyse des résultats a été réalisée il y a quelques années pour les Pays de la Loire et concerne la période 2001-2015. Le graphique ci-contre montre les résultats selon les groupes d’espèces. Une nouvelle analyse est prévu au cours de l’année 2021.


Logo du Groupe chiroptères des Pays de la Loire

Les chauves-souris

Les chauves-souris utilisent différents gîtes selon la période de l’année. En hiver, certaines espèces se rassemblent afin d’hiberner dans des cavités, des caves ou autres lieux dont la température est stable et pas trop faible.

Les naturalistes ont mené les premiers comptages de ces sites à partir des années 1980. Le nombre de sites d’hibernation n’a cessé de croître et ces suivis se sont amplifiés au fil des années. Ainsi, grâce au réseau associatif de la région, un nombre important de données a été collecté fournissant de précieuses informations sur l’évolution des populations de certaines espèces de chauves-souris.

Grâce à l’appui du Muséum National d’Histoire Naturelle et le Groupe Chiroptères des Pays de la Loire, nous avons pu analyser ces données afin de calculer des tendances pour 6 espèces :

  • le Grand Rhinolophe
  • le Petit Rhinolophe
  • le Grand Murin
  • le Murin à oreilles échancrées
  • le Murin à moustaches
  • le Murin de Daubenton

Au-delà des suivis réalisés en période d’hibernation, les colonies de mise-bas de certains espèces font également l’objet de suivis depuis plusieurs années. Plus complexes à interpréter, les résultats obtenus n’ont pas fait l’objet d’analyse régionale à ce jour.


Autres suivis

Au-delà des suivis présentés ci-dessus, le réseau LPO anime, à travers son réseau bénévoles, de nombreuses enquêtes. Cela peut concerner des groupes entiers comme les oiseaux nicheurs entre 2008 et 2012 ou les amphibiens et les reptiles entre 2016- et 2020.

Par ailleurs, certaines espèces font l’objet de suivis réguliers afin d’estimer les tendances d’évolution de leurs populations : Râle des genêts, Outarde canepetière, canards nicheurs, limicoles nicheurs, Grand Cormoran, Sonneur à ventre jaune, etc.


Fiches indicateurs

Les connaissances accumulé et les suivis mis en oeuvre permettent de dresser des constats sur l’état de santé de la biodiversité régionale. En tant que structure référente sur la faune vertébrée, la LPO a rédigé différentes fiches indicateurs résumant les résultats obtenus à travers ses différentes actions.

Ainsi, 5 fiches indicateurs ont été rédigées :

  • Nombre d’espèces d’oiseaux, d’amphibiens et de reptiles
  • Proportion d’oiseaux nicheurs, de mammifères, d’amphibiens et de reptiles éteints ou menacés
  • STOC : suivi temporel des oiseaux communs
  • Évolution des populations de chauves-souris comptées en hiver
  • Évolution des populations de hérons nicheurs dans les Pays de la Loire